Traiter le rhume et ses complications

comment les dissocier ?

Eternuements, fièvre, sensation de brûlure dans le nez, congestion nasale accompagnée parfois d'une irritation de la gorge et de maux de tête…

Cela vous rappelle quelque chose ? C’est normal : le rhume est l’infection la plus courante chez l’homme, et l’on estime que chaque adulte en souffre deux à trois fois par an.

 

Qu'est-ce que la rhinopharyngite ?

« Rhume » banal qui survient par agression microbienne ou virale, la rhinopharyngite touche les voies respiratoires supérieures.
Elle associe une rhinite (inflammation de la muqueuse nasale) qui se traduit par une obstruction nasale, un nez qui coule et une voix nasonnée, et une pharyngite (inflammation du pharynx, la paroi postérieure de la gorge) qui engendre un mal de gorge et une voix un peu voilée.

NOS ASTUCES POUR PRÉVENIR LE RHUME

Agir pour éviter les complications


  • Le rhume fragilise les muqueuses des voies respiratoires. L’absence de traitement peut ainsi donner libre cours à une surinfection bactérienne et entraîner des complications comme une otite moyenne (infection de l’oreille moyenne), une bronchite aigüe (inflammation des bronches) ou une laryngite (inflammation du larynx ou des cordes vocales).
  • Le lavage nasal avec PHYSIOMER permet d’évacuer les agents infectieux et aide la muqueuse à retrouver sa fonction de barrière protectrice. Il évite ainsi que le simple rhume n’amène d’autres complications.

Comment reconnaïtre le rhume ?


  • Votre nez est coule et/ou bouché
  • Vos yeux sont rouges
  • Vous avez peut-être une fièvre modérée
  • Vous avez mal à la gorge ou la gorge rouge
 
Si vous identifiez ces signes, n’oubliez pas que l’avis d’un médecin est toujours indispensable pour confirmer un diagnostic.

L'évolution de la maladie

Après 2 à 5 jours d’incubation en moyenne, la première étape du rhume se traduit par un gonflement de la muqueuse et la sensation de nez bouché : c’est le rhume sec. Il est suivi d’une phase humide avec un écoulement, d’abord clair mais pouvant devenir jaune ou verdâtre en cas d’infection importante.

Comment bien la traiter ?

Soins et traitement du rhume

Dans la majorité des cas, un rhume se guérit d’elle-même au bout d’environ 1 semaine. Le traitement vise essentiellement à soulager les symptômes comme le mal de gorge, le mal de tête et la congestion nasale.
Les solutions nasales habituellement utilisées en cas de rhume sont les vasoconstricteurs ou les solutions contenant des antiseptiques. Attention, il faut respecter les posologies pour éviter tout risque de surdosage ou des effets secondaires tels que sécheresse nasale, effet rebond...
Pour améliorer votre confort, prévenir les complications respiratoires et stopper la prolifération du virus, commencez par le lavage nasal. Il vous soulagera de la congestion et  vous mettra à distance des infections récidivantes.














 

PHYSIOMER, le traitement de choix alliant efficacité et tolérance

 
Toutes les solutions nasales ne se valent pas ! Contrairement au sérum physiologique ou aux autres spécialités à base d’eau de mer, qui ne contiennent que 30 % d’eau de mer, PHYSIOMER est garanti 100 % eau de mer.  Sa richesse en minéraux lui confère des propriétés uniques et une efficacité prouvée : il agit au cœur des cellules en diminuant l’inflammation et en favorisant la cicatrisation de la muqueuse nasale endommagée par l’attaque virale(1-4).
Les études scientifiques montrent que l’usage de PHYSIOMER, en réduisant la sévérité des symptômes, améliore de 45 % la respiration en cas de rhume(5).
Contrairement aux autres solutions existantes sur le marché telles que les vasoconstricteurs (décongestionnants chimiques), PHYSIOMER offre l’avantage d’être parfaitement toléré parce que sa composition naturelle ne présente aucun risque d’effets secondaires indésirables.
Grâce à ses qualités naturelles, PHYSIOMER peut être utilisé sans risques chez la femme enceinte ou allaitante (à l'exception de PHYSIOMER Eucalyptus en raison de la présence d'huiles essentielles dans sa composition), chez les sportifs de haut niveau, comme chez les patients à risque : diabétiques, patients atteints de troubles cardiaques, de désordres de la thyroïde, seniors et polymédicamentés, asthmatiques…

 

Comment agit PHYSIOMER ?

PHYSIOMER Normal Jet lave, hydrate, désencombre et apporte les minéraux nécessaires pour régénérer la muqueuse respiratoire atteinte par le virus pendant le rhume.
Dans le traitement de la congestion nasale, la composition hypersalée de PHYSIOMER  Eucalyptus crée une décongestion mécanique par appel d’eau. A son contact, les cellules de la muqueuse se contractent et se désengorgent.
 
 

Les bons gestes associés à PHYSIOMER

Ajoutez au lavage nasal beaucoup de repos et une bonne hydratation (au moins 2 litres par jour) - notamment de liquides chauds tels que bouillons ou tisanes. Vous bénéficierez de tous les ingrédients d’un bon rétablissement.
Conservez également une température ambiante modérée (moins de 21°) et un certain taux d’humidité dans l’air (entre 80 et 90 %) pour liquéfier les sécrétions des voies respiratoires et diminuer la toux. Vous pouvez utiliser un humidificateur pour la pièce, et prendre des douches ou des bains bien chauds.
Une dernière astuce ? Sachez que les gargarismes d’eau salée tiède, plusieurs fois par jour, soulagent efficacement le mal de gorge.

 
 
 
Bibliographie
(1)  Inserm U314, Laboratoires Goëmar ; Etude de l’effet de Physiomer sur les propriétés de surface, la fonction de transport du mucus respiratoire et l’activité ciliaire ; 1998 ; Preliminary report
(2)  INSERM UMRS 903, Laboratoire de la Mer. Etude du rôle des solutions Laboratoire de la Mer sur la fonctionnalité de l’épithélium respiratoire, 2013, Compte-rendu expérimental.
(3)  Tabary O, Muselet C, yvin JC, halley-Vanhove B, Puchelle E, Jacquot J ; Physiomer® reduces the chemokine interleukin-8 production by activated human respiratory epithelial cells ; 2001 ; European Respiratory Journal ; n° 18 ; pp 1-6
(4)  Traissac L, Bordenave L, Bareille R, Bacquey C, Courtes C ; in vitro study of the effect of seawater by-products on the respiratory mucosa ; 1995 ; Official Journal of the French ORL Society ; n° 32 ; pp 43-49
(5)  Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P ; Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children ; 2008 ; Archives Otolaryngology Head Neck Surgery ; vol 134 ; n° 1 ; pp 67-74