Prévenir le rhume et ses complications

 

De l’importance de faire barrage aux infections… et aux complications.

Au contact des virus, microbes ou allergènes, notre système de défense se déclenche et notre muqueuse réagit. Irritée, elle se met à sécréter un mucus épais qui obstrue le nez : c’est alors que les germes y trouvent refuge et s'y développent. C'est le rhume ou la rhinite allergique.
 
Dans cette situation, en l'absence d'hygiène nasale ou de soins, l'inflammation et/ou l'infection peuvent rapidement se propager aux autres organes de l'appareil respiratoire et nous exposer à de multiples complications. L’atteinte des voies respiratoires supérieures (rhume, rhinite) est ainsi étroitement liée à celle des voies respiratoires inférieures.  L’évolution de la maladie peut rapidement toucher :

  • les sinus (sinusite)
  • le pharynx (pharyngite)
  • les bronches (bronchite)
  • la trompe d'eustache (catarrhe tubaire)
  • les oreilles (otite)

PHYSIOMER peut vous aider à préserver une sphère ORL la plus saine possible et jouer ainsi un rôle primordial dans la prévention des infections du nez et des sinus.


Une utilisation régulière pour une hygiène efficace et préventive.

Toute l’année, et plus particulièrement pendant les périodes hivernales, l'utilisation régulière de PHYSIOMER permet d’évacuer les particules indésirables et d’entretenir une véritable hygiène des fosses nasales. Il agit ainsi en prévention des infections ORL telles que le rhume, la sinusite ou la rhinopharyngite(1).
 

PHYSIOMER, une efficacité préventive prouvée contre le rhume

Utilisé en prévention, PHYSIOMER divise par 2 l’incidence des épisodes infectieux chez l’adulte et l’enfant pendant la période hivernale(1).
PHYSIOMER permet de soutenir le mécanisme de défense naturel de l’appareil respiratoire.



Bibliographie
(1)    Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P ; Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children ; 2008 ; Archives Otolaryngology Head Neck Surgery ; vol 134 ; n° 1 ; pp 67-74