Prévenir le rhume de bébé


Les complications du rhume

Les fosses nasales sont recouvertes d’une muqueuse qui communique avec le reste de l’appareil respiratoire et auditif :
oreilles, sinus, pharynx, larynx, bronches et poumons.
Elles constituent la porte d’entrée des virus et bactéries qui ciblent l’appareil respiratoire. Cette muqueuse a donc développé des mécanismes pour éviter les infections et leur propagation. Parmi ces mécanismes, le système immunitaire encore immature ne joue pas pleinement son rôle de défense. Ce qui explique que les bébés et les enfants soient si souvent sujets au rhume, d’autant plus qu’ils évoluent dans des environnements (crèches, écoles) propices à la contagion(1).

Une fois que les virus responsables du rhume ont infecté les fosses nasales, ils peuvent se propager, quand ils ne sont pas stoppés :

  • Vers l’oreille et provoquer des otites(2);
  • Vers la gorge : votre enfant souffre alors de rhinopharyngite ou de laryngite ;
  • Vers les bronches et bronchioles où ils peuvent provoquer une bronchite ou bronchiolite.
 
En plus d’être directement responsables de certaines complications, ils peuvent fragiliser la muqueuse qui devient plus sensible à certaines bactéries à l’origine de complications. On parle alors de surinfection bactérienne.
 

Pourquoi et comment prévenir Le rhume de bébé ? 

Chez bébé, la respiration se fait uniquement par le nez durant les premiers mois de vie. Cela lui permet de respirer et de s’alimenter en même temps. Toute gêne ou congestion au niveau de son nez rend sa respiration, son alimentation et son sommeil difficiles. Si le rhume vient à provoquer des complications, la gêne est d’autant plus difficile à supporter pour votre bébé, ce qui augmente la détresse des parents. Il est donc primordial de prévenir autant que possible le rhume de bébé et ses complications.

Les mesures préventives reposent en grande partie sur des gestes d’hygiène de base :

  • Laver régulièrement les mains de votre enfant. Bébé a tendance à souvent porter ses mains à la bouche, au nez et aux yeux, le meilleur moyen d’assurer la contamination !
  • Laver régulièrement ses jouets et peluches.
  • Quand l’un des proches est touché, demandez-lui de se laver les mains en présence de bébé et de se couvrir la bouche et le nez lorsqu’il éternue ou tousse.
  • Evitez de fumer dans l’entourage de bébé. En plus de ses autres méfaits, le tabagisme passif fragilise sa muqueuse et le rend plus vulnérable aux infections(3).
  • Enfin, bébé ne sachant pas encore se moucher, c’est à vous de vous assurer de sa bonne hygiène nasale.

Physiomer, votre allié dans la prévention du rhume du bébé et de ses complications

Les produits PHYSIOMER vous offrent une solution pratique, sûre, douce et efficace pour le lavage nasal de bébé. Ils vous aident à garantir la bonne hygiène nasale de votre bébé et prévenir le rhume et ses complications. Les solutions Physiomer agissent sur plusieurs plans :

  • En humidifiant les fosses nasales, PHYSIOMER prévient la sécheresse de la muqueuse qui survient souvent dans les habitations surchauffées en hiver. Cette sécheresse n’induit pas qu’un inconfort de votre bébé, elle rend sa muqueuse plus sensible aux infections.
  • PHYSIOMER hydrate les sécrétions et facilite leur évacuation naturelle.
  • Il augmente le battement des cils à la surface des cellules nasales, favorisant l’évacuation du mucus chargé des impuretés et des pathogènes potentiels (4,5). Eliminés plus rapidement, ils ont donc moins de risques de provoquer un rhume.
  • Il participe à la diminution de l’inflammation au niveau du nez(6). Cette action est notamment intéressante dans le cadre du rhume puisqu’on sait qu’une partie des symptômes est liée à la réponse inflammatoire.
  • Il aide les cellules de la muqueuse à réparer les dommages subis par les virus responsables du rhume(7), ce qui augmente la résistance de la muqueuse à d’autres pathogènes.
 
L’efficacité de PHYSIOMER a été confirmée par de nombreuses études dont une étude auprès de 390 enfants utilisant régulièrement PHYSIOMER.
  • Utilisé en prévention du rhume et de ses complications(8), PHYSIOMER divise par 2 l’incidence du rhume et réduit de 75% le risque de complications O.R.L (otite et bronchiolite).
  • Il diminue l’utilisation des médicaments(8):
    • contre la fièvre (9% versus 33% d’utilisation pour les enfants ne bénéficiant pas de lavage nasal avec PHYSIOMER) ;
    • pour fluidifier le mucus (10% versus 37%) ;
    • antibiotiques (6% versus 21%).

Prévenir le rhume de votre bébé c’est aussi prévenir les complications qui gênent sa respiration, son alimentation et son sommeil.
Choisir PHYSIOMER, c’est choisir une solution sûre, naturelle et efficace pour prendre soin du nez de votre bébé.

 

Bibliographie
(1) Kvaerner KJ, Nafstad P, Jaakkola JJ. Upper respiratory morbidity in preschool children: a cross-sectional study. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2000,126:1201-1206.
(2) Heikkinen T, Chonmaitree T. Importance of respiratory viruses in acute otitis media. Clin Microbiol Rev 2003,16:230-241.
(3) Sopori M. Effects of cigarette smoke on the immune system. Nat Rev Immunol 2002,2:372-377.
(4) Inserm U314, Laboratoires Goëmar ; Etude de l’effet de Physiomer sur les propriétés de surface, la fonction de transport du mucus respiratoire et l’activité ciliaire ; 1998 ; Preliminary report
(5) INSERM UMRS 903, Laboratoire de la Mer.  Etude de l’effet des solutions Laboratoire de la Mer sur les fonctionnalités de l’épithelium respiratoire, 2013, Rapport final
(6) Tabary O, Muselet C, Miesch MC, Yvin JC, Clement A, Jacquot J. Reduction of chemokine IL-8 and RANTES expression in human bronchial epithelial cells by a sea-water derived saline through inhibited nuclear factor-kappaB activation. Biochem Biophys Res Commun 2003,309:310-316.
(7) Traissac L, Bordenave L, Bareille R, Bacquey C, Courtes C. Etude in vitro de l'action des dérivés de l'eau de mer sur la muquese respiratoire. Revue officielle de la Société Française d'O.R.L 1995,32:43-49.
(8) Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P. Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2008,134:67-74.