L'otite, une complication du rhume

 

L'OTITE : Définition

L’oreille est classiquement séparée en trois parties :Prévenir l'otite chez l'enfant avec Physiomer

  • L’oreille externe composée du pavillon et du canal auditif externe. Elle est limitée à l’intérieur par le tympan.
  • L’oreille moyenne qui regroupe les trois petits os qui transmettent et amplifient les vibrations sonores. Ils sont contenus dans une espèce de chambre qui agit comme une caisse de résonnance. Elle communique avec les fosses nasales grâce aux trompes d’Eustache.
  • L’oreille interne qui contient la cochlée, l’organe de l’ouïe, et le système vestibulaire, à la base du sens de l’équilibre.
Ce qu’on appelle communément l’otite est en fait l’otite moyenne aiguë, c’est-à-dire une inflammation ponctuelle de l’oreille moyenne. Sa communication avec les fosses nasales via les trompes d’Eustache est essentielle à l’ajustement de la pression dans l’oreille moyenne. Mais cette communication la rend plus vulnérable aux infections : à la suite d’un rhume ou d’une infection de la gorge, l’inflammation risque de se propager à l’oreille moyenne et causer les symptômes de l’otite moyenne.

 

Prévalence et diagnostic

En théorie l’otite peut toucher tous les individus mais c’est essentiellement une maladie emblématique de l’enfance : on estime qu’avant l’âge de 3 ans, 85% des enfants auront souffert d’au moins une otite(1). Même si ce chiffre baisse légèrement ces dernières années, l’otite reste, avec la rhinopharyngite, la maladie la plus fréquente chez l’enfant de moins de 6 ans. Plusieurs facteurs expliquent la susceptibilité accrue des enfants :

  • Leurs défenses immunitaires sont encore immatures et ne combattent pas efficacement les bactéries et virus pathogènes. Ils sont donc plus vulnérables aux rhumes, maux de gorge et autres infections, ce qui augmente la probabilité des otites.
  • La trompe d’Eustache qui relie l’oreille moyenne aux fosses nasales et à la gorge est plus courte et plus perméable que chez l’adulte. Les pathogènes se propagent plus facilement vers l’oreille moyenne(2).
  • Les végétations, de volume important chez l’enfant, sont souvent infectées et représentent une autre source de contamination de l’oreille moyenne. A cause de leur volume important elles peuvent également exercer une pression sur la trompe d’Eustache et la boucher partiellement. Les impuretés présentes dans l’oreille moyenne s’évacuent mal et peuvent engendrer une infection(3).
  • La fréquentation des crèches et garderie augmente le risque de contamination par des pathogènes responsables de l’otite(3).

Plusieurs études ont également montré que d’autres facteurs comme le tabagisme passif ou l’absence d’allaitement maternel  augmentaient les risques d’otite chez l’enfant(3,4).
La fièvre et la douleur au niveau de l’oreille sont les symptômes clés de l’otite. Chez les enfants ne sachant pas encore parler d’autres signes peuvent indiquer une oreille douloureuse : l’enfant se touche fréquemment l’oreille, est grognon, pleure souvent et ne mange pas comme d’habitude et a du mal à dormir. L’examen du conduit auditif par votre médecin confirmera ou non l’otite.
Les complications de l’otite sont essentiellement dues à la propagation de l’infection aux os situés sous l’oreille ou aux méninges. Elles sont heureusement très rares.


Traitements usuels DE l'otite et leurs limites

La grande majorité des otites guérit spontanément et complètement en une à deux semaines. En France, à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), les experts ont publié des recommandations pour la prise en charge de l’otite(5).
Sur avis du médecin, les enfants âgés de moins de deux ans atteints d’otite pourront recevoir un traitement antibiotique (essentiellement l’amoxicilline) de 8 à 10 jours. Cette mesure permet d’éviter les risques de complications chez les tout jeunes enfants particulièrement vulnérables.

Chez les enfants de plus de deux ans, le médecin envisagera un traitement antibiotique seulement si l’otite est particulièrement douloureuse. Si les symptômes empirent ou ne diminuent pas au bout de 48 à 72h, le médecin pourra alors décider de démarrer un traitement antibiotique.
Dans tous les cas, pour soulager la douleur et la fièvre de votre enfant, le médecin prescrira souvent du paracétamol ou des anti-douleur contenant de l’ibuprofène ou de la codéine.
 
 

Physiomer et l’otite

Depuis leur découverte, les molécules antibiotiques ont été très largement prescrites pour toutes sortes d’infections. Cependant elles ne sont efficaces que contre les bactéries et n’ont aucun pouvoir contre les virus. Leur large utilisation, parfois non justifiée, est à l’origine de l’émergence de bactéries résistantes. C’est un véritable problème de santé publique puisque ces bactéries ne sont plus vulnérables à des molécules qui habituellement suffisaient à les éliminer. Sans traitement capable de les freiner, lors d’infections ces bactéries vont continuer à se multiplier et provoqueront des dommages plus importants.
Conscients de cet enjeu, les autorités sanitaires préconisent de limiter l’usage des antibiotiques au strict minimum pour ralentir l’apparition de nouvelles bactéries résistantes. C’est dans ce contexte que l’ANSM a lancé en 2011 le plan national d’alerte sur les antibiotiques.

L’un des moyens de limiter le recours aux antibiotiques est d’employer des mesures préventives efficaces. Utiliser PHYSIOMER pour l’hygiène nasale s’inscrit parfaitement dans cette démarche.
 
Utilisé pour l’hygiène nasale quotidienne, PHYSIOMER Soft Spray augmente la clairance muco-ciliaire . Il permet ainsi de diminuer le contact des bactéries et virus avec la muqueuse nasale et prévient donc les risques d’infection et de contamination de l’oreille. Chez l’enfant de plus de six ans son utilisation peut être complétée par Physiomer Eucalyptus aux propriétés antimicrobiennes.
 
PHYSIOMER Soft Spray a été testé auprès de 390 enfants(6). Son utilisation quotidienne permet :

  • de prévenir le rhume (en divisant par 2 l'incidence du rhume chez les enfants utilisant PHYSIOMER par rapport à ceux ne l’utilisant pas).
  • de prévenir les complications ORL dont l’otite (-75% de complications chez les enfants utilisant Physiomer par rapport à ceux ne l’utilisant pas).
  • de diminuer la consommation d’antibiotiques de plus de 70%.

Utiliser PHYSIOMER quotidiennement pour l’hygiène nasale de votre enfant
c’est lui offrir une meilleure protection contre les virus et bactéries responsables des infections et de l’otite.




Bibliographie
(1) http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=otite_moyenne_pm [consulté le 18 juillet 2013].   
(2) Zielhuis GA, Rach GH, van den Broek P. Predisposing factors for otitis media with effusion in young children. Adv Otorhinolaryngol 1988,40:65-69.
(3) Lubianca Neto JF, Hemb L, Silva DB. Systematic literature review of modifiable risk factors for recurrent acute otitis media in childhood. J Pediatr (Rio J) 2006,82:87-96.
(4) Lieberthal AS, Carroll AE, Chonmaitree T, Ganiats TG, Hoberman A, Jackson MA, et al. The diagnosis and management of acute otitis media. Pediatrics 2013,131:e964-999.
(5) Cohen R, Azria R, Barry B, Bingen E, Cavallo J-D, Chidiac C, et al. Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l'adulte et l'enfant. In: SPILF - SFP - GPIP; 2011.
(6) Afssaps. Rapport Afssaps 2011 sur les consommations d'antibiotiques. In; 2011.
(7) Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P. Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2008,134:67-74.