La respiration de bébé

 

La respiration de bébé, un système encore immature.

La respiration de bébé
Quand tout se passe normalement, à la naissance votre bébé sait respirer. Cependant sa respiration ne ressemble pas encore à celle des adultes et 
va évoluer au cours des premières semaines et premiers mois de sa vie. On dit que sa respiration est immature.
Leur rythme respiratoire est plus rapide que celui d’enfants plus âgés et leur respiration n’est pas régulière, notamment durant leur sommeil. C’est d’ailleurs souvent un sujet d’inquiétude pour les jeunes parents.
Il faut savoir que cette respiration, dite respiration périodique, est tout à fait normale.
En dehors d’autres signes, il n’y a pas lieu de s’alarmer.

Le nez : organe central pour la respiration de bébé.

Le nez tient une place centrale dans la respiration de bébé. Le nourrisson est ce qu’on appelle un respirateur nasal obligatoire, c’est-à-dire qu’il ne sait respirer autrement que par son nez. Grâce à cette caractéristique et à des particularités de son anatomie, il peut respirer en même temps qu’il tête, sans risque d’étouffement puisque le trajet de l’air et du lait ne se croisent pas. Au fur et à mesure de son développement, il va perdre cette capacité en même temps qu’il lui deviendra possible de respirer par la bouche.
 

Le nez de bébé essentiel mais fragile.

Le nez des nouveaux-nés est assez plat avec des narines de volume réduit. Du fait de cette anatomie particulière, l’obstruction des fosses nasales est assez courante chez bébé. De plus il ne sait pas évacuer les sécrétions nasales en se mouchant et leur stagnation prolongée peut empirer l’obstruction. Habituellement elle est bégnine et après quelques jours bébé respirera normalement. Une obstruction plus sévère peut cependant se révéler problématique puisque sa respiration est nasale. La gêne respiratoire occasionnée se traduit alors par une difficulté à s’alimenter correctement et un sommeil de moins bonne qualité. Toutes les conditions pour rendre bébé grognon !
Mais le nez de bébé est bien plus qu’un simple conduit de l’air. Au cours de son passage par les fosses nasales, l’air va être réchauffé, filtré et humidifié avant d’arriver aux poumons. L’air inhalé subit un nettoyage minutieux pour éliminer les poussières, polluants et micro-organismes potentiellement dangereux.
 

Les complications infectieuses chez le bébé.

Les fosses nasales sont tapissées d’une muqueuse responsable de ce nettoyage. Cette muqueuse est le regroupement de plusieurs couches de cellules aux fonctions particulières.
Certaines vont fabriquer le mucus qui va emprisonner les particules à éliminer comme le ferait une colle. En plus de cette action mécanique, il contient des composés antimicrobiens qui vont aider à neutraliser les pathogènes.
Les cellules situées à l’interface avec l’air sont équipées de cils qui battent en harmonie. Ils agissent comme un tapis roulant qui va éliminer le mucus chargé d’impuretés vers l’estomac. La combinaison de ces deux phénomènes porte le nom de clairance muco-ciliaire. C’est un élément essentiel de la défense de notre organisme contre les bactéries et virus inhalés potentiellement pathogènes. Il l’est d’autant plus chez bébé car son système immunitaire est immature ce qui le rend plus vulnérable aux infections. Un défaut de clairance muco-ciliaire peut rapidement entraîner obstruction, congestion et infection nasale car les micro-organismes restent en contact avec la muqueuse.
Le nez de bébé est naturellement colonisé par toutes sortes de micro-organismes. On ne connaît pas leur rôle exact mais on pense qu’ils participent à la maturation du système immunitaire du bébé. Cet équilibre est fragile et sa rupture peut conduire à l’infection. Le nez communicant avec les sinus, l’oreille et le reste des voies respiratoires, l’infection peut s’y propager et être à l’origine de complications telles qu’otite, bronchite et bronchiolite(1)(2).
 

Comment aider bébé en cas de congestion nasale ?

Bébé ne sait pas encore se moucher pour éliminer le mucus en excès ou le mucus qui s’évacue mal. Il faut l’aider à l’éliminer pour rétablir une respiration normale et limiter le risque d’infections. Du fait de son jeune âge, l’utilisation de médicaments doit être limitée au strict nécessaire. En complément d’un traitement, les experts recommandent le lavage nasal(3). En humidifiant les fosses nasales et en augmentant la clairance muco-ciliaire, il va favoriser l’évacuation des sécrétions nasales. Ainsi il débouche le nez de bébé, facilite sa respiration et limite le contact des pathogènes avec la muqueuse du nez. Il peut d’ailleurs souvent être utilisé seul et a démontré son efficacité. Si les symptômes de la congestion persistent au delà de quelques jours, consultez votre médecin ou pédiatre.
 

Physiomer une solution efficace pour bébé.

Lorsque le nez de bébé est bouché, sa respiration devient bruyante. Il va respirer par la bouche pour y pallier mais la respiration buccale l’empêche de s’alimenter en même temps qu’il respire et va souvent rendre ses repas plus difficiles. De plus l’air ne pourra pas subir les nettoyage, réchauffement et humidification optimaux avant d’arriver aux poumons. Ces conséquences de la congestion nasale sont une source d’inquiétude souvent évoquée par les parents.
Plusieurs équipes de chercheurs ont étudié l’effet du lavage nasal avec ou sans mouche-bébé sur ces symptômes. Leurs travaux montrent que l’utilisation de Physiomer(4):

  • Améliore de 45% la respiration ;
  • Réduit de 75% le risque de complications ORL (otite et bronchiolite).

Quand le nez de bébé est pris, l’utilisation du mouche-bébé en renfort du lavage nasal(5):

  • Diminue de 73% la respiration bruyante et ;
  • De 82% le sifflement des bronches.
 

PHYSIOMER – l’eau de mer naturelle sans conservateurs ni agents chimiques – est la solution parfaite pour prendre soin du petit nez de bébé en douceur tout en étant efficace pour que bébé respire bien toute l’année.

 


Blibliographie
(1) Recommandations Vidal : rhinopharyngite aiguë de l'enfant, juillet 2009
(2) Recommandations AFSSAPS : Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l'adulte et de l'enfant, octobre 2005
(3) Fokkens WJ, Lund VJ, Mullol J, Bachert C, Alobid I, Baroody F, et al. European Position Paper on Rhinosinusitis and Nasal Polyps 2012. Rhinol Suppl 2012:3 p preceding table of contents, 1-298.
(4) Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P. Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2008,134:67-74.
(5) Casati M, Picca M, Marinello R, Quartarone G. Safety of use, efficacy and degree of parental satisfaction with the nasal aspirator Narhinel in the treatment of nasal congestion in babies. Minerva Pediatr 2007,59:315-325.