La bronchiolite

Traitement bébé bronchiolite

LA bronchiolite, qu'est-ce que c'est ?

Après avoir passé le nez et la gorge, l’air inspiré s’engage dans la trachée et descend vers les poumons. Il va passer par des conduits de plus en plus fins qui se ramifient au fur et à mesure qu’ils avancent dans le poumon. On trouve parmi eux les bronchioles. La bronchiolite est définie comme l’infection de ces bronchioles.
La bronchiolite touche principalement les jeunes enfants notamment ceux de moins de 2 ans. C’est une maladie respiratoire typique de l’hiver : sous nos latitudes, les cas de bronchiolite sont habituellement reportés de la mi-octobre à la fin de l’hiver avec un pic au mois de décembre. L’institut national de veille sanitaire (InVS) estime à 460 000 le nombre d’enfants de moins de deux ans touchés par an, soit environ un sur trois. Dans 80% des cas c’est un virus particulier, le virus respiratoire syncitial (VRS) qui cause la bronchiolite(1)(2).
Parmi les autres virus on trouve les adénovirus, les virus influenza et parainfluenza, et metapneumovirus. Ils se transmettent par contact direct avec des personnes infectées ou via les jouets et autres objets partagés.
C’est en général une maladie bénigne chez les bébés de plus de 3 mois. Cependant 2% des bébés de moins de 1 an vont nécessiter une hospitalisation. Une visite chez votre médecin traitant ou pédiatre permettra de juger de la gravité de la bronchiolite et l’orienter si nécessaire vers une prise en charge à l’hôpital.
 
 

La bronchiolite comment ça se passe ?

Classiquement la bronchiolite commence par un simple rhume ou une rhinopharyngite. Chez les jeunes bébés, à cause de leur système immunitaire encore immature, le virus peut progresser et s’attaquer aux bronchioles(3). Elles vont essayer de se défendre en produisant plus de mucus. Quand il s’évacue mal, sa stagnation au niveau des bronchioles va gêner le passage de l’air. Le virus cause aussi une inflammation qui va diminuer le diamètre de la bronchiole. Ce sont tous ces événements qui sont à l’origine des signes extérieurs de la maladie. En 2 à 5 jours, le rhume avec une légère fièvre va se transformer en toux. Votre bébé va manifester des difficultés à respirer, ce qu’on appelle une dyspnée, et sa respiration va s’accompagner d’un sifflement. Cette gêne peut l’empêcher de bien dormir et de bien s’alimenter ce qui va le rendre particulièrement agité et pleureur. Ces signes induisent une grande inquiétude chez les parents mais une visite chez son médecin ou pédiatre suffira à vous rassurer. Sachez que dans la majorité des cas, la bronchiolite va guérir spontanément.
 

Traitements et mesures de prévention de la bronchiolite.

Les mesures de prévention repose sur des gestes simples d’hygiène. Se laver les mains avant d’approcher bébé et demander aux personnes à son contact de faire de même. Aérer sa chambre et nettoyer régulièrement ses jouets et tétines. Limiter au maximum le contact avec les personnes malades et en période d’épidémies, éviter autant que possible les lieux très fréquentés propices à la contagion. Si votre enfant fréquente une crèche, attendez qu’il soit complètement guéri pour l’y emmener. Sachez également que la fumée de tabac est un facteur aggravant(4). De manière générale, abstenez-vous de fumez en présence d’un bébé et évitez les lieux enfumés.
Aucun traitement médical n’est reconnu contre la bronchiolite. Les antitussifs, mucolytiques, corticoïdes et bronchodilatateurs n’ont pas prouvé leur efficacité pour guérir ou accélerer la guérison de la bronchiolite(5-7).
Les antibiotiques n’ont aucune utilité sauf si la bronchiolite se complique d’une infection bactérienne(8-9). Une otite, une fièvre ou tout changement dans l’état de votre enfant doit être communiqué à votre médecin pour qu’il puisse juger de la pertinence d’une antibiothérapie.
Quand la bronchiolite est installée, la kinésithérapie est une technique qui va l’aider à décharger ses bronches en provoquant ou facilitant le rejet des sécrétions par la toux. L’air aura plus de place pour passer et la respiration de votre bébé sera facilitée.
Dans les cas les plus graves qui nécessitent une hospitalisation, une mise sous oxygène est parfois recommandée.
Enfin, les experts français (Société Française de Pédiatrie) et américains (l’Académie Américaine de Pédiatrie) recommandent le lavage nasal comme mesure supplémentaire pour les bébés atteints de bronchiolite.

 

Le lavage nasal avec Physiomer : un geste simple et recommandé.

Dans les premiers mois de vie, le bébé ne respire que par le nez. Il est ce qu’on appelle un respirateur nasal obligatoire. Au fur et à mesure de sa croissance, il va acquérir la capacité à respirer aussi par la bouche mais le nez reste essentiel à sa respiration.

Assurer la bonne hygiène nasale de votre bébé est bénéfique à deux niveaux :

  • pour limiter l’infection par les virus qui causent la bronchiolite ;
  • pour s’assurer que son nez est bien dégagé et ne pas ajouter de contraintes supplémentaires à la respiration de votre enfant.

C’est dans ce cadre que PHYSIOMER est un allié précieux contre la bronchiolite. Le lavage nasal :

  • humidifie la cavité nasale et facilite l’évacuation naturelle du mucus qui a emprisonné les virus et bactéries
  • augmente la clairance muco-ciliaire, accélérant ainsi l’évacuation du mucus.

PHYSIOMER contribue ainsi à limiter le contact des bactéries et virus avec la muqueuse nasale. Le nez étant la porte d’entrée des virus responsables de la bronchiolite, PHYSIOMER prévient de cette manière la propagation de l’infection vers les bronchioles.
 
Cette efficacité a été démontrée dans une étude clinique de grande envergure(10). Testée auprès de 390 enfants, l’utilisation quotidienne de PHYSIOMER permet:

  • de prévenir le rhume (en divisant par 2 l'incidence du rhume chez les enfants utilisant PHYSIOMER par rapport à ceux ne l’utilisant pas) ;
  • de prévenir les complications ORL (-75% de complications chez les enfants utilisant PHYSIOMER par rapport à ceux ne l’utilisant pas) ;
 
Lorsque le rhume ou la rhinopharyngite sont installés, PHYSIOMER diminue significativement les symptômes, la durée de la maladie et améliore la respiration de 45%(10).
L’utilisation du Mouche Bébé en complément du lavage nasal est recommandée par les experts pédiatriques dans le cas de bronchiolite(8), notamment avant le repas(9) pour que bébé puisse respirer plus facilement et s’alimenter correctement. Leur utilisation conjointe lors d’épisodes de rhume ou de rhinopharyngite(11) diminue la respiration nasale bruyante (-73%) et le sifflement des bronches (-82%)(12).
 
 
En prévenant le rhume de bébé, le lavage nasal avec PHYSIOMER Baby Spray permet de prévenir la bronchiolite. Et lorsque le rhume ou la rhinopharyngite sont installés, PHYSIOMER, utilisé conjointement au Mouche Bébé, accélère la guérison, diminuant ainsi les risques de propagation vers les bronchioles. Il améliore également la respiration de bébé et dégage son nez pour faciliter son alimentation et l’aider à traverser la bronchiolite avec le moins de contraintes possibles.

PHYSIOMER Baby Spray en association avec PHYSIOMER Mouche Bébé
est la solution d’hygiène nasale pour prévenir la bronchiolite de bébé et l’accompagner au mieux quand elle est installée.

 
 

Bibliographie
(1) Bush A, Thomson AH. Acute bronchiolitis. BMJ. 2007;335(7628):1037-1041.
(2) Leung AK, Kellner JD, Davies HD. Respiratory syncytial virus bronchiolitis. J Natl Med Assoc. 2005;97(12):1708-1713.
(3) American Academy of Pediatrics. Diagnosis and Management of Bronchiolitis. Disponible à : http://aappolicy.aappublications.org/cgi/reprint/pediatrics;118/4/1774.pdf. Consultation le 12 juillet 2011.
(4) NHS Direct Wales Enciclopedia. Bronchiolitis. Disponible à : http://www.nhsdirect.wales.nhs.uk/encyclopaedia/b/article/bronchiolitis/ Consultation le 28 juillet 2011.
(5) Kellner JD, Ohlsson A, Gadomski AM, Wang EE.Bronchodilators for bronchiolitis. Cochrane Database Syst Rev. 2000;(2):CD001266.
(6) Patel H, Platt R, Lozano JM, Wang EE. Glucocorticoids for acute viral bronchiolitis in infants and young children. Cochrane Database Syst Rev. 2004;(3):CD004878.
(7) Ventre K, Randolph AG. Ribavirin for respiratory syncytial virus infection of the lower respiratory tract in infants and young children. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Jan 24;(1):CD000181.
(8) Scottish Intercollegiate Guidelines Network: Bronchiolitis in children. A national clinical guideline. Available at: http://www.sign.ac.uk/pdf/sign91.pdf. Consultation le 12 juillet 2011.
(9) Cincinnati Children's Hospital Medical Center. Evidence based clinical practice guideline for medical management of bronchiolitis in infants less than 1 year of age presenting with a first time episode. Cincinnati (OH): Cincinnati Children's Hospital Medical Center; 2006 May. 13 p. Disponible à : http://www.guideline.gov/content.aspx?id=9528. Consultation le 12 juillet 2011
(10) Slapak I, Skoupa J, Strnad P, Hornik P. Efficacy of isotonic nasal wash (seawater) in the treatment and prevention of rhinitis in children. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2008,134:67-74.
(11) Casati M, Picca M, Marinello R, Quartarone G. Safety of use, efficacy and degree of parental satisfaction with the nasal aspirator Narhinel in the treatment of nasal congestion in babies. Minerva Pediatr 2007,59:315-325.
(12) Résultats obtenus sur un dispositif médical équivalent à Physiomer Mouche-Bébé.